Le théâtre populaire selon Paolo Grassi, 2009-10.

Le théâtre populaire selon Paolo Grassi

Garavaglia, Valentina
2009-10

Le théâtre de masse 1910 à 1930; renouveau théâtral; Marcello Sartarelli; Luciano Leonesi; Jean Rouvert; Jean Vilar; Giorgio Strehler;Paolo Grassi; Gruppo Teatrale Viaggiante; Loriano Macchiavelli; Dario Fo; Franca Rame.
Le théâtre de masse représente un moment particulièrement important dans l’histoire théâtrale, qui n’a pas encore été étudié dans toutes ses dimensions. Ce fut d’abord un condensé politico-artistico-culturel très vivant né dans l’après-guerre comme alternative éthique et économique au théâtre bourgeois en crise. Il est avant tout l’émanation d’un ensemble d’expériences européennes qui ont écloses dans les années 1910 à 1930 du renouveau théâtral venu principalement de la révolution russe de 1917. L’art théâtral se désacralise alors pour devenir un théâtre ouvrier, prolétaire. Inspiré ensuite par un courant néoréaliste qui veut déprofessionnaliser l’art, le théâtre de masse se veut un théâtre pour tous, ouvert à tous. Un théâtre des minorités en somme, populaire mais surtout prolétarien. En tant que tel, il suscite très tôt les convoitises des partis politiques, et notamment le parti communiste avec qui il entretiendra des liens violents. Si cette particularité semble commune à l’ensemble des pays européens où le théâtre de masse s’est développé librement, on ne peut nier l’existence de particularités propres à chaque pays. Ainsi, bien que des initiatives de théâtre prolétarien aient déjà eu lieu en Russie et en Allemagne dans les années 1910-1920, le théâtre de masse italien correspondit à une expérience différente. C’était un théâtre nourri par le fait social, que l’on reproposait à partir du vécu des acteurs (partisans, mondine, ouvriers), qui jouaient leur propre condition et leur propre histoire. Un théâtre de faits réels qui avaient secoué la nation, de faits qui avaient eu comme protagoniste cette génération qui a combattu le fascisme et a posé les piliers de la démocratie. Une génération qui entrait désormais au théâtre et le renouvelait par sa présence même. C’est cette immédiateté qui caractérisa d’emblée les résultats en terme d’expérimentation. La scène italienne de l’époque, déjà contrainte par le fascisme à s’isoler du contexte européen, n’avait pas encore découvert les recherches radicales de la mise en scène du XXème siècle. Le théâtre de masse va dès lors initier un retournement esthétique de la normalité théâtrale. Son langage sera un aller-retour permanent entre communication théâtrale et expressivité cinématographique, que souligne le recours récurrent aux transparents, aux écrans, aux musiques, aux narrations hors champ, à la projection d’ombres et de silhouettes.La forme théâtrale se réinvente et se multiplie en diverses expériences, comme celles du metteur en scène romain Marcello Sartarelli ou bien du Bolonais Luciano Leonesi. Avec la réinvention des formes, on (ré)invente un public. (Et il semble bien que, dans ce sens, l’expérience Jean Rouvert- Jean Vilar vs Giorgio Strehler – Paolo Grassi soit fondamentale). La perspective ouverte par le théâtre de masse fut principalement celle de la théâtralité nécessaire, c’est-à-dire du théâtre comme exigence de l’indispensable et comme facteur d’identité culturelle et sociale. C’est sans doute ce qui a plu au Parti communiste qui, en voulant récupérer le théâtre de masse, le fit entrer dans une phase politiquement correcte, complexe toutefois, et causa en partie sa perte. Néanmoins, le théâtre de masse put revivre à travers de nouvelles dynamiques. Dans les années 70, par exemple, le théâtre de groupe porte l’héritage du théâtre de masse. Les inventions scéniques créées par ce dernier, l’utilisation des espaces scéniques irréguliers, l’égalitarisme idéologique, seront ainsi récupérés par des groupes théâtraux, pour la plupart itinérants, tels que le Gruppo Teatrale Viaggiante fondé à Bologne par Luciano Leonesi et l’écrivain Loriano Macchiavelli, auquel participa également le tandem Dario Fo - Franca Rame et qui eut des contacts privilégiés avec Jean Vilar.
Le théâtre populaire selon Paolo Grassi, 2009-10.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/10808/7259
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact