Sartre et Merleau-Ponty: l’espacement de l’imagination