Oreste del Buono ou comment on écrit l’Histoire