Bachelard et le complexe de Pygmalion