L’espacement phénoménologique de l’imagination